Initiée en 1992 par le Président Nicéphore Dieudonné SOGLO lors du festival Ouidah92, la fête du vodoun est célébrée chaque année le 10 janvier au Bénin, notamment à Ouidah et à Grand-Popo sur la plage entre le fleuve Mono et le golfe de Guinée. C’est la fête des religions endogènes. Le Bénin étant le berceau du vodoun, culte voué à un ensemble de divinités présentes partout autour des forces de la nature (l’eau, le feu, l’air, la terre). Il occupe une place très forte dans l’identité du Bénin. Son panthéon regroupe plus de 200 divinités. Vodoun“, qui signifie en langue Fon : “Ce qu’on ne peut élucider, la puissance efficace”. Lequel s’est manifesté dans les entités Mawu et Ségbo Lissa, incarnations des principes masculin et féminin. De Mawu et Lissa sont nés, selon la légende, quatorze enfants dotés de pouvoirs surnaturels. Ceux-ci ont eu comme descendants : Hêviosso, le dieu du tonnerre et de la justice qui se manifeste par la foudre, est symbolisé par une double hache, il est le dieu justicier qui châtie les voleurs, les menteurs, les malfaiteurs ; Sakpata, le dieu de la terre et de la variole et diverses divinités isolées, il est très craint et les gens n’osent pas prononcer son nom. 

Au Bénin, chants et danses sont variés d’Est à l’Ouest et du Sud au Nord. Selon les circonstances et les événements, tam-tam, danse, musique et chants peuvent relever à la fois du religieux et du culturel, du couvent, de la participation aux forces vitales de l’univers, de la louange ou de la simple manifestation de joie, du deuil ou de la communion à l’esprit des morts, de la détente ou du loisir, du simple spectacle chorégraphique, de l’acrobatie et de la véritable expression corporelle, etc… La religion animiste traditionnelle reste très présente dans la vie des Béninois. Dans le Sud Bénin, elle est pratiquée sous le nom de VODOUN dont le culte garde aujourd’hui encore une grande vivacité dans les communautés Noires transplantées par la traite négrière dans les Iles Caraïbes et en Amérique Latine. Les prêtres du culte VODOUN constituent un véritable clergé bien hiérarchisé. A côté de ceux-ci, il faut mentionner les BOKONON devins doublés de guérisseurs qui utilisent le FÂ ou ORACLE qui est un art divinatoire pratiqué traditionnellement par les populations du golfe du Bénin, notamment par les Yorubas du Nigéria, du Bénin et les Fons du Bénin. C’est autant une science (géomancie) qu’une divinité présidant au destin de l’homme sur son passé, son présent et son avenir en lui enseignant ses liens profonds avec la nature grâce aux contes allégoriques liés à chaque arcane.  Durant cette fête, tous les adeptes de différents couvents sortent leurs divinités, rendent hommage à chacune d’elle à travers des offrandes accompagnées de danses au son des tams-tams et des gongs suivant des rythmes propres à chaque divinité. Les adeptes sont reconnaissables à leurs pagnes et à leurs parures de colliers et bracelets, là aussi propres à chaque culte. C’est un grand moment de retrouvailles, l’occasion de voir tous les vodoun ensemble.

Partagez

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Notez ce contenu
5/5

Recevoir les nouveautés et offres de la Bouche du Roy.

 

Loading

Voir aussi